Mahle va fermer son site de Chavanod en Haute-Savoie

En avril, l’entreprise allemande Mahle, qui se dit touchée par la forte baisse de la demande de moteurs diesel et à essence dans le monde, a déclaré qu’elle allait fermer son usine de Chavanod, en Haute-Savoie. L’usine produit des coussinets de bielles et des vilebrequins pour les moteurs à combustion interne et emploie 110 personnes.

Mahle, équipementier automobile français, prévoit de fermer en 2022 son site de Chavanod (Haute-Savoie), qui emploie 110 personnes. “Ce site, qui produit des coussinets de moteurs à combustion interne, n’est plus rentable”, explique Christophe Soulignac, directeur général de Mahle Composants Moteur France.

Déclin du diesel et crise du Covid

Depuis 65 ans, sur ce site de Chavanod, on produit et perfectionne des composants automobiles uniques, des coussinets de bielles indispensables aux moteurs thermiques. Cependant, entre le déclin programmé du moteur diesel, la crise du Covid et les difficultés des composants microélectroniques, les constructeurs ont réorienté la quasi-totalité de leur production vers les automobiles électriques et les modèles haut de gamme.

Résultat, depuis le rachat de l’usine haut-savoyarde par l’industriel allemand Mahle il y a quinze ans et l’an dernier, les commandes sont en baisse constante. Au final, entre les trois sites de production slovaque, italien et français, c’est le nôtre qui risque d’être sacrifié ; alors que nous avons donné tout notre savoir-faire à d’autres”, ajoute avec amertume Audrey Duculty, secrétaire du Comité social et économique du CSE de Mahle.

2 865 emplois supprimés chez les sous-traitants automobiles

Outre Mahle, un autre fabricant allemand d’engrenages, Benteler, a annoncé la fermeture d’une usine à Migennes (Yonne, 400 travailleurs). L’américain BorgWarner a fermé son usine d’Eyrein (Corrèze, 368 salariés) au début de l’année et un plan de suppression de 143 emplois est en cours.

À Rodez dans l’Aveyron, où la fonderie SAM est en cours de liquidation et abandonnée par son client Renault, après les fermetures cette année de MBF Aluminium à Saint-Claude (Jura, 260 travailleurs) et de la Fonderie du Poitou Fonte à Ingrandes.

Selon Trendeo, 2 865 emplois de petits et grands sous-traitants ont été perdus depuis le début de l’année 2021, faisant de 2011 l’année la plus difficile depuis la récession de 2009.

Par exemple, Renault met l’accent sur la transition énergétique, à l’instar de son directeur général Luca de Meo, qui a évoqué un “problème systémique” lié au “passage à l’électrique” Or, les composants des moteurs à combustion ont été délocalisés hors de France et sont désormais des biens matures qui ne sont pas encore périmés. Il y a un marché pour les années à venir car il y a encore une demande pour des décennies”, affirme Nourredine Lakehal au nom de Deutz-Fahr.

Share this…
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Laisser un commentaire