La fin d’une époque en Formule 1 ?

Une chose est sûre : Les fans de F1 viennent d’assister à la saison la plus exaltante depuis des décennies, avec en point d’orgue le couronnement de Max Verstappen à l’issue de la dernière course de la saison.

” C’est fou. Je suis à court de mots. Je suis ravi pour l’équipe et les gars. J’apprécie de collaborer avec eux. J’ai finalement décidé de tenter ma chance. Mon équipe sait que je l’adore, et j’espère continuer à travailler avec elle pendant encore dix ou quinze ans ! S’est exclamé Verstappen au moment de confirmer sa victoire.

Le pilote néerlandais remporte donc le premier titre de champion du monde de sa carrière, un exploit que son légendaire père, Jos, n’a jamais réalisé, bien qu’il ait été un temps l’équipier d’un certain Michael Schumacher.

“Quand j’étais plus jeune, mon ambition était de devenir un pilote de Formule 1”. Vous voulez gagner, être sur le podium, et entendre l’hymne national néerlandais. Et maintenant, je suis ici avec mon père, en tant que champion du monde. “Ma famille, mes amis, tous ceux qui m’ont soutenu au fil des ans – ils sont tous là”, a déclaré le pilote ému de 24 ans.

Hamilton, quant à lui, était en lice pour son septième titre de champion du monde, ce qui aurait permis de briser l’égalité pour la première place avec Schumacher. Un rendez-vous avec l’histoire qui n’a pas été tenu.

“Je voudrais féliciter Max et son équipe. Je suis incroyablement fier de mon équipe, et nous avons tout donné. Pendant quelques mois, je me suis senti très à l’aise dans la voiture. “Nous verrons ce que l’avenir nous réserve”, a ajouté Hamilton, manifestement déçu par la tournure des événements.

Hamilton et Verstappen ont échangé d’innombrables salves au cours de la saison, repoussant les limites du supportable à chaque fois qu’ils se rencontraient – tout en laissant leurs équipes respectives, Mercedes et Red Bull, s’échanger. Critiques sévères dans la sphère publique.

Cela s’est encore vérifié lors de la dernière course, le Grand Prix d’Abu Dhabi. Le Néerlandais n’aurait pas été autorisé à concourir pour le championnat s’il n’y avait pas eu la perte de contrôle du pilote Williams Nicholas Latifi à cinq tours de l’arrivée et la décision des maréchaux d’échanger Verstappen aux côtés d’Hamilton pour le dernier tour.

Une passe courageuse au détriment du Britannique, en revanche, lui permettant d’enregistrer sa 10e victoire de la saison, mettant fin à une lutte palpitante pour le championnat.

Considérez ceci : après 21 courses au championnat, Hamilton et Verstappen étaient au coude à coude. Les leaders du classement général étaient à égalité lors du dernier départ de la saison, pour la première fois depuis 1974.

La dixième victoire de Verstappen a eu lieu à Mexico il y a un mois, ce qui lui a donné une avance de 19 points au classement général. Dans la course au championnat, il a semblé avoir “les deux mains sur le volant”.

Cependant, Hamilton, qui a remporté les quatre derniers championnats de F1, a gagné trois courses consécutives pour rejoindre Verstappen en tête du classement après le Grand Prix d’Arabie saoudite, préparant le terrain pour une finale passionnante.

Y aura-t-il un changement de garde en Formule 1 ? Hamilton, 36 ans, fera équipe avec ses compatriotes, le prospect George Russell, en 2022, et il devra, comme tout le monde, se conformer à la nouvelle réglementation de la F1 qui entrera en vigueur la saison prochaine.

“Lewis est un pilote fantastique et un compétiteur acharné”. Nous avons eu des périodes difficiles, mais cela fait partie du jeu, car tout le monde veut gagner. “Nous reviendrons l’année prochaine et nous essaierons à nouveau”, a conclu Verstappen.

Un meilleur spectacle en 2022 ?

Le Québécois Lance Stroll s’efforcera de rebondir l’an prochain après une saison honnête sans plus en 2021, avec la nouvelle équipe appartenant à un consortium dirigé par son père, Lawrence. Le 12 décembre dernier, il en a profité pour franchir le cap des 100 Grands Prix en carrière à Abu Dhabi.

Plusieurs équipes, dont Aston Martin, ont misé sur cette nouvelle réalité dans le but de détrôner Mercedes du sommet des constructeurs – l’équipe allemande a remporté son huitième titre consécutif des constructeurs en 2021.

“L’année prochaine sera une histoire complètement différente”. Toutes les équipes devront repartir à zéro. “Nous avons des ingénieurs extrêmement bons et talentueux qui travaillent sur la voiture de l’année prochaine depuis longtemps, alors espérons que nous pourrons apporter des améliorations [en 2022]”, a déclaré Lance Stroll.

En 2021, le Québécois s’efforcera de rebondir après une saison honnête avec la nouvelle équipe, qui fait partie d’un groupe dirigé par son père, Lawrence. Le 12 décembre dernier, il en a profité pour atteindre le cap des 100 Grands Prix en carrière à Abu Dhabi.

Stroll n’a obtenu que neuf places dans le top 10 cette saison – son meilleur résultat est une sixième place au Grand Prix du Qatar au début du mois – et il a terminé 13e au championnat des pilotes avec un maigre 34 points, soit 9 de moins que son coéquipier, Sebastian Vettel, qui a terminé 12e.

Selon lui, la voiture du pilote de Mont-Tremblant n’était pas aussi compétitive que celle de l’an dernier, lorsqu’elle était peinte en rose et que l’écurie s’appelait encore Racing Point.

“Nous avons quand même réussi à obtenir des points solides cette année”. Bien sûr, le véhicule n’est pas aussi compétitif que celui de l’an dernier – “J’ai déjà mentionné que les ajustements de la FIA l’an dernier nous ont gravement endommagés, et c’est pourquoi nous ne sommes plus en mesure de nous battre pour les podiums”, résumait le pilote de 23 ans en novembre.

Stroll, quant à lui, a déclaré qu’il était favorable à la poursuite d’une expérience tentée par la première série du sport automobile en 2021 : la “course sprint qualificative.”

“Je l’apprécie, même si je réalise que ce n’est pas universellement accepté”. Les week-ends deviennent ainsi plus palpitants, et les équipes ont moins de temps pour se préparer. Un vendredi typique est fréquemment plus lent, avec trop de possibilités pour les équipes, les ingénieurs et les pilotes de rassembler des données pour les qualifications. “Par conséquent, j’espère que ce format sera élargi pour inclure davantage de courses la saison prochaine”, a-t-il déclaré.

Dans ce contexte, le célèbre mensuel britannique Autosport a rapporté qu’une conférence au sommet entre les cadres des équipes et les dirigeants de la F1, qui s’est tenue plus tôt en décembre à Jeddah, en Arabie saoudite, s’était montrée réceptive à la poursuite de ces courses.

Le Grand Prix du Canada, qui aura lieu les 17, 18 et 19 juin, en supposant que le coronavirus n’ait pas fait ses ravages d’ici là, sera la première fois que les monoplaces courront sur le circuit Gilles-Villeneuve en trois ans. On pourrait tout aussi bien dire un bail.

De nombreux changements sont à prévoir

Les amateurs de course montréalais devront également faire connaissance avec quelques nouveaux visages en 2022, puisque les paddocks ont joué aux chaises musicales au cours des derniers mois.

Parmi les changements importants, on note la perte de Valtteri Bottas de Mercedes, qui sera remplacé par Russell. Un choix qui pourrait hérisser les plumes chez Mercedes et bouleverser la structure actuelle de la F1.

En attendant, Bottas rejoindra Alfa Romeo, qui comptera également dans ses rangs Guanyu Zhou, le premier pilote chinois de l’histoire de la F1.

Ces changements chez Alfa Romeo marquent également la fin d’une époque, puisque Kimi Raikkonen a annoncé sa retraite à l’âge de 42 ans, après une carrière de 20 ans et 352 Grands Prix. Le Finlandais a remporté 21 courses au total et a été déclaré champion du monde en 2007 – avec Ferrari.

En outre, pour la troisième saison consécutive, il y aura deux pilotes canadiens sur la grille, puisque Stroll sera rejoint par Nicholas Latifi, qui est toujours chez Williams. Le Torontois fera toutefois équipe avec Alex Albon, un ancien pilote de Red Bull qui a été interdit de compétition en 2021.

Enfin, le calendrier 2022 de la F1 devrait inclure pour la première fois une deuxième épreuve américaine, le Grand Prix de Miami, le 8 mai prochain. La course en Floride se déroulera très probablement sur un nouveau circuit baptisé le Miami International Autodrome, qui est en cours de développement autour du Hard Rock Stadium, domicile des Miami Dolphins de la NFL.

Plutôt que de craindre que cette course ne réduise le nombre de spectateurs à son événement, le président du Grand Prix du Canada, François Dumontier, a déjà déclaré qu’il soutenait cette initiative en 2018.

La F1, qui connaît une refonte importante depuis deux ans, semble bien partie pour sortir de la crise, et elle pourrait éventuellement donner une première saison “normale” depuis 2019. Nous espérons qu’elle sera aussi magnifique que celle qui vient de s’achever.

Share this…
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter