Connect with us

Sport

Comment devenir pilote de course GT ?

Published

on

white and red Mercedes-Benz car on road

En fin de compte, seul un petit pourcentage de personnes réussit à vivre de son enthousiasme et de son désir. Pour 90 % des pilotes d’aujourd’hui, le sport automobile n’est qu’un passe-temps pour satisfaire une passion plutôt qu’un moyen de gagner de l’argent. Examinons de plus près les étapes que vous devez franchir pour devenir un pilote expert.

Pour devenir un pilote GT, vous devez d’abord parcourir le même chemin que les pilotes de F1 : participer à divers championnats, dont le championnat du monde d’endurance, ELMS, et diverses ligues GT3 comme la Blancpain.

De plus en plus de constructeurs automobiles créent leurs propres centres de formation. Porsche, par exemple, a mis en place le “Scholarship Program”

L’idée est simple : Porsche offre aux pilotes expérimentés la possibilité de tester leurs compétences sous forme de courses. Les épreuves durent trois jours et nécessitent une caution de 3500 euros. Un seul gagnant est sélectionné après de nombreuses évaluations, et il reçoit un budget de 30 000 euros pour participer à la Carrera Cup. Cela permet aux gagnants d’être reconnus et d’obtenir davantage de contrats dans les grands programmes sportifs.

La GT Academy

Pour ceux qui n’ont pas les moyens financiers de se distinguer dans la course automobile, d’autres options sont disponibles. La GT Academy est l’une de ces options dans le cadre d’un concept intéressant :

La GT Academy est une compétition internationale qui fait passer les participants du monde virtuel de la course au monde réel en permettant aux meilleurs joueurs de Gran Turismo® de s’affronter sur un véritable circuit de course. Sony Computer et Nissan Europe ont collaboré pour créer cette école en 2008.

La première année, 25 000 personnes ont fréquenté le circuit pour participer à des éliminations en direct sur Grand Turismo. Les joueurs participent à des éliminations en direct sur Grand Turismo et à des courses réelles sur le circuit de Silverstone, dans le Northamptonshire, en Angleterre.

Quel est le salaire d’un pilote de course ?

C’est difficile à dire. Le salaire varie en fonction du niveau de compétition auquel vous participez et du nombre de kilomètres que vous parcourez chaque année. Pour vous donner une idée, les pilotes de F1 gagnent environ 200 000 euros par mois en moyenne (les mieux payés de la course peuvent recevoir encore plus), tandis que les pilotes de rallye international peuvent obtenir entre 10 000 et 16 000 euros par an.

Voici quelques facteurs qui influencent le revenu :

  • Niveau d’expérience: Un pilote débutant gagne moins qu’un champion ayant des années d’expérience derrière lui Performances en compétition –
  • De meilleurs résultats: Plus d’argent Heures de conduite / courses terminées –
  • Connaissance technique de sa voiture: Un vrai professionnel sait où sont les limites de sa voiture. Il sait ce que la voiture peut et ne peut pas faire, ce qui lui permet de la pousser à ses limites. Le parrainage
  • Plus vous parviendrez à impressionner par vos résultats, plus vous recevrez d’argent.

Faut-il obligatoirement avoir été un pilote de kart pour devenir pilote de course automobile de circuit sur GT ?

Pilote de course est une profession unique en son genre, pour laquelle peu de personnes sont qualifiées. Il nécessite également une excellente technique, qui s’acquiert après plusieurs années d’entraînement. Le karting est souvent le point de départ pour la plupart des jeunes. Mais si votre objectif est de devenir un pilote professionnel, vous devez investir autant de temps que possible dans le karting. Le karting permet de développer la force et la coordination qui sont essentielles pour l’avenir de la course automobile.

Mais d’après nos observations, il semble qu’il n’y ait pas de voie spécifique pour ce type de carrière. Il n’existe pas d’écoles de course officielles pour ceux qui veulent découvrir la conduite de voitures de course GT. Toutefois, de nombreuses universités proposent des cours sur des disciplines de course telles que la NASCAR ou la F1. Il est préférable de ne pas se limiter et d’étudier plusieurs disciplines plutôt que de se concentrer uniquement sur une discipline à l’exclusion de toute autre.

Le Championnat de France FFSA GT

Le Championnat FFSA GT est la catégorie supérieure de la compétition sur circuit français. Le Championnat FFSA GT garantit la présence de quelques-uns des plus grands noms de la course automobile : Aston Martin, Maserati, McLaren, Porsche… Depuis 2017, les GT4 sont sur toutes les lèvres ! Cette catégorie, qui se situe un cran en dessous des GT3, offre aux équipes et aux pilotes la possibilité de participer à des courses beaucoup plus abordables.

Le championnat FFSA GT est ouvert à toutes les marques de voitures conformes au règlement : Aston Martin Vantage, Audi R8 LMS, Bentley Continental GT3, BMW M6, Chevrolet Camaro GT4, Ford Mustang GT4, Ginetta G55 GT4, KTM X-Bow GT4, Lamborghini Huracan Super Trofeo EVO*, McLaren 570S GT4…

Le championnat FFSA GT est un excellent moyen pour les pilotes de se familiariser avec différents types de circuits et de voitures. Le championnat est composé de dix manches qui se déroulent sur certains des plus beaux circuits de France. Le Championnat FFSA GT est le moyen idéal pour faire ses débuts dans la compétition GT et pour apprendre les ficelles du métier !

Alors, si vous voulez devenir un pilote de course GT, n’oubliez pas

  • Le karting est essentiel
  • Apprendre à connaître les différents types de circuits et de voitures
  • Le Championnat FFSA GT est un excellent moyen de débuter votre carrière !

Conclusion

En conclusion, devenir un pilote de GT n’est pas une tâche facile. Cela demande des années d’entraînement et d’expérience sur différents types de circuits et de voitures. Cependant, le championnat FFSA GT est un excellent moyen de commencer votre carrière ! N’oubliez pas de faire du karting et d’apprendre autant que possible si vous voulez arriver au sommet !

Continue Reading

Sport

La fin d’une époque en Formule 1 ?

Published

on

Formule 1

Une chose est sûre : Les fans de F1 viennent d’assister à la saison la plus exaltante depuis des décennies, avec en point d’orgue le couronnement de Max Verstappen à l’issue de la dernière course de la saison.

” C’est fou. Je suis à court de mots. Je suis ravi pour l’équipe et les gars. J’apprécie de collaborer avec eux. J’ai finalement décidé de tenter ma chance. Mon équipe sait que je l’adore, et j’espère continuer à travailler avec elle pendant encore dix ou quinze ans ! S’est exclamé Verstappen au moment de confirmer sa victoire.

Le pilote néerlandais remporte donc le premier titre de champion du monde de sa carrière, un exploit que son légendaire père, Jos, n’a jamais réalisé, bien qu’il ait été un temps l’équipier d’un certain Michael Schumacher.

“Quand j’étais plus jeune, mon ambition était de devenir un pilote de Formule 1”. Vous voulez gagner, être sur le podium, et entendre l’hymne national néerlandais. Et maintenant, je suis ici avec mon père, en tant que champion du monde. “Ma famille, mes amis, tous ceux qui m’ont soutenu au fil des ans – ils sont tous là”, a déclaré le pilote ému de 24 ans.

Hamilton, quant à lui, était en lice pour son septième titre de champion du monde, ce qui aurait permis de briser l’égalité pour la première place avec Schumacher. Un rendez-vous avec l’histoire qui n’a pas été tenu.

“Je voudrais féliciter Max et son équipe. Je suis incroyablement fier de mon équipe, et nous avons tout donné. Pendant quelques mois, je me suis senti très à l’aise dans la voiture. “Nous verrons ce que l’avenir nous réserve”, a ajouté Hamilton, manifestement déçu par la tournure des événements.

Hamilton et Verstappen ont échangé d’innombrables salves au cours de la saison, repoussant les limites du supportable à chaque fois qu’ils se rencontraient – tout en laissant leurs équipes respectives, Mercedes et Red Bull, s’échanger. Critiques sévères dans la sphère publique.

Cela s’est encore vérifié lors de la dernière course, le Grand Prix d’Abu Dhabi. Le Néerlandais n’aurait pas été autorisé à concourir pour le championnat s’il n’y avait pas eu la perte de contrôle du pilote Williams Nicholas Latifi à cinq tours de l’arrivée et la décision des maréchaux d’échanger Verstappen aux côtés d’Hamilton pour le dernier tour.

Une passe courageuse au détriment du Britannique, en revanche, lui permettant d’enregistrer sa 10e victoire de la saison, mettant fin à une lutte palpitante pour le championnat.

Considérez ceci : après 21 courses au championnat, Hamilton et Verstappen étaient au coude à coude. Les leaders du classement général étaient à égalité lors du dernier départ de la saison, pour la première fois depuis 1974.

La dixième victoire de Verstappen a eu lieu à Mexico il y a un mois, ce qui lui a donné une avance de 19 points au classement général. Dans la course au championnat, il a semblé avoir “les deux mains sur le volant”.

Cependant, Hamilton, qui a remporté les quatre derniers championnats de F1, a gagné trois courses consécutives pour rejoindre Verstappen en tête du classement après le Grand Prix d’Arabie saoudite, préparant le terrain pour une finale passionnante.

Y aura-t-il un changement de garde en Formule 1 ? Hamilton, 36 ans, fera équipe avec ses compatriotes, le prospect George Russell, en 2022, et il devra, comme tout le monde, se conformer à la nouvelle réglementation de la F1 qui entrera en vigueur la saison prochaine.

“Lewis est un pilote fantastique et un compétiteur acharné”. Nous avons eu des périodes difficiles, mais cela fait partie du jeu, car tout le monde veut gagner. “Nous reviendrons l’année prochaine et nous essaierons à nouveau”, a conclu Verstappen.

Un meilleur spectacle en 2022 ?

Le Québécois Lance Stroll s’efforcera de rebondir l’an prochain après une saison honnête sans plus en 2021, avec la nouvelle équipe appartenant à un consortium dirigé par son père, Lawrence. Le 12 décembre dernier, il en a profité pour franchir le cap des 100 Grands Prix en carrière à Abu Dhabi.

Plusieurs équipes, dont Aston Martin, ont misé sur cette nouvelle réalité dans le but de détrôner Mercedes du sommet des constructeurs – l’équipe allemande a remporté son huitième titre consécutif des constructeurs en 2021.

“L’année prochaine sera une histoire complètement différente”. Toutes les équipes devront repartir à zéro. “Nous avons des ingénieurs extrêmement bons et talentueux qui travaillent sur la voiture de l’année prochaine depuis longtemps, alors espérons que nous pourrons apporter des améliorations [en 2022]”, a déclaré Lance Stroll.

En 2021, le Québécois s’efforcera de rebondir après une saison honnête avec la nouvelle équipe, qui fait partie d’un groupe dirigé par son père, Lawrence. Le 12 décembre dernier, il en a profité pour atteindre le cap des 100 Grands Prix en carrière à Abu Dhabi.

Stroll n’a obtenu que neuf places dans le top 10 cette saison – son meilleur résultat est une sixième place au Grand Prix du Qatar au début du mois – et il a terminé 13e au championnat des pilotes avec un maigre 34 points, soit 9 de moins que son coéquipier, Sebastian Vettel, qui a terminé 12e.

Selon lui, la voiture du pilote de Mont-Tremblant n’était pas aussi compétitive que celle de l’an dernier, lorsqu’elle était peinte en rose et que l’écurie s’appelait encore Racing Point.

“Nous avons quand même réussi à obtenir des points solides cette année”. Bien sûr, le véhicule n’est pas aussi compétitif que celui de l’an dernier – “J’ai déjà mentionné que les ajustements de la FIA l’an dernier nous ont gravement endommagés, et c’est pourquoi nous ne sommes plus en mesure de nous battre pour les podiums”, résumait le pilote de 23 ans en novembre.

Stroll, quant à lui, a déclaré qu’il était favorable à la poursuite d’une expérience tentée par la première série du sport automobile en 2021 : la “course sprint qualificative.”

“Je l’apprécie, même si je réalise que ce n’est pas universellement accepté”. Les week-ends deviennent ainsi plus palpitants, et les équipes ont moins de temps pour se préparer. Un vendredi typique est fréquemment plus lent, avec trop de possibilités pour les équipes, les ingénieurs et les pilotes de rassembler des données pour les qualifications. “Par conséquent, j’espère que ce format sera élargi pour inclure davantage de courses la saison prochaine”, a-t-il déclaré.

Dans ce contexte, le célèbre mensuel britannique Autosport a rapporté qu’une conférence au sommet entre les cadres des équipes et les dirigeants de la F1, qui s’est tenue plus tôt en décembre à Jeddah, en Arabie saoudite, s’était montrée réceptive à la poursuite de ces courses.

Le Grand Prix du Canada, qui aura lieu les 17, 18 et 19 juin, en supposant que le coronavirus n’ait pas fait ses ravages d’ici là, sera la première fois que les monoplaces courront sur le circuit Gilles-Villeneuve en trois ans. On pourrait tout aussi bien dire un bail.

De nombreux changements sont à prévoir

Les amateurs de course montréalais devront également faire connaissance avec quelques nouveaux visages en 2022, puisque les paddocks ont joué aux chaises musicales au cours des derniers mois.

Parmi les changements importants, on note la perte de Valtteri Bottas de Mercedes, qui sera remplacé par Russell. Un choix qui pourrait hérisser les plumes chez Mercedes et bouleverser la structure actuelle de la F1.

En attendant, Bottas rejoindra Alfa Romeo, qui comptera également dans ses rangs Guanyu Zhou, le premier pilote chinois de l’histoire de la F1.

Ces changements chez Alfa Romeo marquent également la fin d’une époque, puisque Kimi Raikkonen a annoncé sa retraite à l’âge de 42 ans, après une carrière de 20 ans et 352 Grands Prix. Le Finlandais a remporté 21 courses au total et a été déclaré champion du monde en 2007 – avec Ferrari.

En outre, pour la troisième saison consécutive, il y aura deux pilotes canadiens sur la grille, puisque Stroll sera rejoint par Nicholas Latifi, qui est toujours chez Williams. Le Torontois fera toutefois équipe avec Alex Albon, un ancien pilote de Red Bull qui a été interdit de compétition en 2021.

Enfin, le calendrier 2022 de la F1 devrait inclure pour la première fois une deuxième épreuve américaine, le Grand Prix de Miami, le 8 mai prochain. La course en Floride se déroulera très probablement sur un nouveau circuit baptisé le Miami International Autodrome, qui est en cours de développement autour du Hard Rock Stadium, domicile des Miami Dolphins de la NFL.

Plutôt que de craindre que cette course ne réduise le nombre de spectateurs à son événement, le président du Grand Prix du Canada, François Dumontier, a déjà déclaré qu’il soutenait cette initiative en 2018.

La F1, qui connaît une refonte importante depuis deux ans, semble bien partie pour sortir de la crise, et elle pourrait éventuellement donner une première saison “normale” depuis 2019. Nous espérons qu’elle sera aussi magnifique que celle qui vient de s’achever.

Continue Reading

Sport

Yann Ehrlacher, champion tout terrain, a été sacré champion du monde des voitures de tourisme en 2021

Published

on

Yann Ehrlacher

(15/16) Sport rétro Le 28 novembre. Sotchi, Russie (Russie). Pour la deuxième année consécutive, le pilote alsacien Yann Ehrlacher est sacré champion du monde des voitures de tourisme (WTCR). A 25 ans, il s’est également distingué sur la glace lors des compétitions du Trophée Andros.

Le 28 novembre. Sochi, Russie (Russie). Pour la deuxième année consécutive, le pilote alsacien Yann Ehrlacher a été sacré champion du monde des voitures de tourisme (WTCR). À 25 ans, le pilote du Haut-Rhin affirme qu’il est le nouveau champion du monde de la discipline.

“Nous avons gagné en 2020, confirmer est préférable”, convient Yann Ehrlacher. “Tout s’est joué lors du dernier week-end en Russie, et j’ai ressenti un peu moins de pression cette année car j’avais déjà vécu ce scénario. Tout le travail de la saison est récompensé “, poursuit-il.

Yann Ehrlacher, athlète de haut niveau, est né dedans. Avec une mère (que l’on voit dans le post Facebook ci-dessous), Cathy Muller, championne automobile, notamment championne du monde de karting, et un père qui est une icône du football alsacien. Yves Ehrlacher a fait partie de l’équipe du Racing qui a remporté le championnat de France en 1979.

“Ma mère ne voulait pas que je participe aux sports mécaniques. Alors je me suis mis au football” rappelle Yann Ehrlacher (on le voit à La Meinau sur Facebook ci-dessous). “Je n’étais pas particulièrement doué ou motivé. J’ai commencé au milieu de terrain [comme son père ; ndlr], puis comme défenseur, puis comme gardien de but, et quand je me suis retrouvé sur le banc des remplaçants, j’ai compris qu’il était temps d’arrêter “, lâche-t-il dans un énorme éclat de rire.

Yann Ehrlacher est entré dans le sport automobile sur le tard (à l’âge de 16 ans) et sans passer d’abord par la filière karting. Son oncle Yvan Muller, quadruple champion du monde de voitures de tourisme, l’a tout de suite pris sous son aile. “Je ne serais pas là aujourd’hui s’il n’avait pas été là. Il m’empêche de faire des erreurs et me fait gagner du temps en partageant ses connaissances.”

Yann Ehrlacher marche sur les traces de son oncle, Yvan Muller, qui a écrit une partie de sa mythologie sur les circuits glacés du Trophée Andros. “Bien sûr, il y a un volant et quatre roues, mais pour le reste, c’est quasiment un autre sport”, déclare Yann Ehrlacher lors de sa victoire en Andorre, comme le montre la vidéo ci-dessous.

Yann Ehrlacher participera encore au WTCR, le championnat du monde de voitures de tourisme, en 2022, en visant un troisième titre mondial consécutif. Il a signé un contrat avec le promoteur de la compétition, dont la durée est inconnue.

Continue Reading

Sport

Le Mans Classic 2022 : la billetterie est ouverte

Published

on

Le Mans Classique 2022

Après une interruption de quatre ans, le célèbre circuit des 24 Heures accueillera le Mans Classic du 30 juin au 3 juillet 2022. L’événement tant attendu sera ouvert au public pour la première fois le jeudi à 14 heures. Un après-midi où tous les détenteurs d’un billet d’entrée auront un accès gratuit aux Paddocks ! A cette occasion, un billet “Enceinte Générale Jeudi” sera disponible à l’achat sur place.

La BMW M1 Procar (1979), la Mercedes-Benz SSK (1929), la Bentley Speed 8 (2003), la De Tomaso Pantera Gr. IV (1972), ou encore la Porsche 917k (1970) et la Ferrari 312P seront exposées au Mans Classic (1969).

Prenez le départ du Mans Classic avec une offre diversifiée et complète de billets pour répondre aux besoins de chacun. De nombreux choix sont disponibles : Le billet d’enceinte générale donne accès à tous les espaces publics entourant la piste, ainsi qu’au village, aux espaces club et à toutes les activités. Il est complété par les suppléments Paddock ou Grandstand. Il existe des sites d’accueil supplémentaires pour les tentes, les caravanes et les camping-cars.

Forfait panoramique – à partir de 345 euros (nouveau)

Un tout nouveau forfait qui vous placera au cœur de l’action ! Ce salon exclusif avec un patio en gradins offre une vue fantastique sur la ligne droite des stands et le virage Dunlop. L’espace Panoramique vous permet de profiter en exclusivité de la course ainsi que du service culinaire tout au long de la journée.

Forfait Privilège – À partir de 460 euros

Cet emplacement Privilège, situé dans le bâtiment Welcome au cœur du village Le Mans Classic, offre une vue spectaculaire sur le parcours. Ce forfait comprend l’entrée au Paddock et la possibilité de s’approcher au plus près des voitures en piste, ainsi qu’un service culinaire élaboré par un chef étoilé.

Continue Reading

Tendance